Log in

Informations et stratégies pour la cessation du tabac

  • Home
  • Patients
  • Informations et stratégies pour la cessation du tabac
Auteur: Dr. Don McCarville MD FRCSC

Quel est le bénéfice d’un arrêt tabagique?

Le lien entre le tabagisme et la maladie vasculaire périphérique est bien établie depuis plusieurs décennies.  Les manifestions de l’atteinte des vaisseaux sont vastes incluant l’occlusion des carotides (artère de cou) menant aux AVC, l’atteinte des vaisseaux des jambes entraînant des difficultés à marcher, des ulcères, de la gangrène avec risque mineur d’amputation et l’atteinte des artères du cœur provoquant de l’angine, un infarctus ou le décès par mort subite.

L’arrêt tabagique réduit ces risques de manière significative peu importe le nombre d’années de tabagisme actif.

Quelle est la cause de la dépendance au tabac?

La dépendance au tabac est physique et psychologique. Le tabac altère les fonctions chimiques du cerveau.  Au début, les effets sont associés au plaisir mais à long terme le tabac est requis pour se sentir « normal ».  De toutes les substances pouvant entraîner de la dépendance, le tabac est le plus puissant.  La probabilité de développer une dépendance au tabac suite à sa consommation initiale est de 32%, ce qui est très élevé.  La substance active dans le tabac est la nicotine.   C’est une des molécules chimique les plus actives du cerveau causant une stimulation importante et une modification du schème de comportement.

Quels sont les symptômes de la dépendance au tabac?

La nicotine stimule la relâche de dopamine qui est un neurotransmetteur du cerveau qui agit sur la sensation de bonheur.  La dopamine produit une sensation de désir et de plaisir.  Lorsque le niveau de nicotine chute, le niveau de dopamine diminue également dans le cerveau entraînant le besoin d’apport en nicotine. Chaque inhalation produit un effet d’euphorie.  C’est alors qu’un schème de comportement de dépendance s’établit afin d’avoir accès à la nicotine (ex: sortir dehors fumer à - 40 C).  La chute du niveau de nicotine entraîne des symptômes de sevrage : de l’irritabilité, de la fatigue et à une difficulté de concentration.  Des maux de tête et de l’insomnie sont fréquents avec le sevrage de nicotine.  Le degré de dépendance à la nicotine peut être évalué par la rapidité avec laquelle la première cigarette de la journée est consommée.

Test et diagnostic

Il n’existe aucun test pour détecter la nicotine. Ce sont les métabolites de la nicotine tels que la cotinine qui peuvent être détectés par des tests sanguins. Ces tests sont utilisés par les compagnies d’assurance afin de confirmer l’abstinence des clients.

Le degré de dépendance à la nicotine peut être évalué selon le moment de la première cigarette suivant le lever du matin et la quantité de cigarettes quotidiennes consommées.

Modification des habitudes de vie

La modification des habitudes de vie est cruciale pour le succès d’un arrêt tabagique. Tout d’abord, il faut faire le choix d’arrêter.  Ensuite, il faut comprendre les bénéfices à l’arrêt tabagique tels que: après 20 minutes d’arrêt tabagique le rythme cardiaque ralenti à un rythme normal, le goût et l’odorat s’améliorent en 48h et la circulation s’améliore après 3 mois. Les risques d’infarctus du myocarde (crise de cœur) diminuent de moitié après 6 mois.

Plusieurs stratégies peuvent être établies afin d’éviter les environnements ou situations déclenchants de désir de fumer.  Le support de la famille et des amis est important.  On peut établir un système de « récompense » pour du renforcement positif.  La gestion des envies de fumer, du stress et le contrôle de l’environnement est très importante.

Traitement médical

Il existe plusieurs approches tel que le laser, l’acuponcture, mais leur succès est discutable.  La psychothérapie ou les groupes de support peuvent aider à modifier les comportements.  Les thérapies de remplacement de la nicotine sont la gomme, un timbre ou un inhalateur.  Des médicaments peuvent être prescrits incluant le bupropion (Zyban), la nortryptyline (Aventyl) ou le varenicline (Champix).

Guide pratique de traitement

Les traitements de pharmacothérapies peuvent être utilisés en combinaison avec des approches comportementales.  La nortriptyline et le bupropion sont des antidépresseurs avec un certain succès.  Il faut être suivi par un médecin, car il existe des effets secondaires à ces médicaments.  Ils peuvent être utilisés en combinaison avec les thérapies de remplacement de la nicotine.  Le varenicline (Champix) agit au même niveau que la nicotine dans le cerveau.  Il ne peut être utilisé en combinaison avec les thérapies de remplacement de la nicotine. Ces thérapies ont le plus haut taux de succès pour l’arrêt tabagique.

Traitement chirurgical

Aucun traitement chirurgical n’est efficace pour l’arrêt tabagique. Le défi du patient et de son médecin est de trouver une stratégie efficace et de maintenir à long terme l’arrêt tabagique afin de prévenir les effets nocifs du tabac dont l’atteinte de la vascularisation périphérique et ses diverses complications. Entres autres, le risque de faire bloquer les pontages qui viennent juste d’être faits pour traiter le patient.

Quand consulter le médecin?

La dépendance au tabac est considéré comme étant le facteur le plus important dans la maladie vasculaire périphérique (incluant maladie coronariennes et pulmonaire) et plusieurs professionnels de la santé sont impliqués dans la lutte contre le tabac.  Il existe des équipes multidisciplinaires et une multitude de ressources pour mettre en place une stratégie d’arrêt tabagique. Parlez en à votre médecin ou votre pharmacien.

Références et ressources

Powered by Wild Apricot Membership Software